PICTO SON ET IMAGE Nous sommes toujours au Musée Fragonard de l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort, lors des dernières Journées du Patrimoine.

Dans cette quatrième partie : le cabinet de curiosités où se cachent les fameux « écorchés » d’Honoré Fragonard.

Guest-parleur : Julien

Plus d’infos sur le site du musée : musee.vet-alfort.fr/

 

PICTO SON ET IMAGELe Musée Fragonnard et ses « curiosités anatomiques » : troisième volet en photos et sons de notre visite.                                                                                                                               

Aujourd’hui : petit cerveau, lion de six ans, la vitrine qui rit toute seule, calculs rénaux et saint-des-saints aux horreurs…

Guest-commentateur : Julien.

[wpvideo sm4xHPSr]

PICTO SON ET IMAGELe parc éolien de Tanger : un endroit impressionnant où des dizaines et des dizaines de pales brassent l’air de la pointe nord de l’Afrique. Nous sommes dans la montagne, à quelques kilomètres au nord-ouest de l’enclave espagnole de Ceuta. Au delà d’un bras de Méditerranée qui ne parait pas très large, on aperçoit le bout de l’Espagne.

Bientôt, d’autres sujets sur le Maroc.

NB : énormément de vent au pied des moulins : le petit micro Zoom H2 qui fabrique tous les sujets que vous avez écoutés a du mal à encaisser !

[wpvideo GovaAdtW]

PICTO SON ET IMAGEVoici un photoson dont les éléments ont été captés l’été dernier à Paris dans un de ces amphithéâtres aménagés en bord de Seine, sur le quai Saint Bernard (cinquième arrondissement). Comme souvent l’été, les quais sont animés et notamment ces quatre petits amphis situés juste devant l’université Jussieu. Les gens viennent y « bouger » : ce soir-là, il y avait rock, capoeira et tango.

Sur une musique pleine d’accordéon, des dizaines de couples tournent et se croisent dans le petit espace en forme de demi-lune. Sur les gradins qui le ceinturent, des centaines de paires d’yeux profitent du spectacle. Armé de mon micro, je m’assois sur le premier banc, au plus près de la piste, histoire de capter quelque chose de ces milliers de frottements de semelles que mes oreilles entendent…
NB : petites photos, dans de petites vignettes… comme sur un album d’autrefois… réalisé au téléphone portable.

[wpvideo 1BBahVnD]

PICTO SON ET IMAGESuite de la mini-série en « x » parties retraçant quelques moments d’une balade dominicale à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort, en pleines Journées du Patrimoine.

Aujourd’hui : aliens partout, squelettes, gros estomac, rate et bronches séchées…

Commentaires et « mise à l’échelle humaine » : Julien.

[wpvideo oc9EoHf3]

PICTO SON ET IMAGEMini-série en « x » parties retraçant quelques moments d’une balade dominicale à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort, en pleines Journées du Patrimoine.
C’est fête aujourd’hui à l’école des vétos : le public est venu en masse visiter cette vénérable institution – mais en pleine décrépitude physique, nous apprend-t-on. Il y a tant de monde que le directeur, et l’étudiante qui l’accompagne, sont un peu débordés. Vu la foule, nous décidons de nous séparer du groupe et nous montons au Musée Fragonard, qui occupe un des nombreux bâtiments de l’école.

Créé à la fin du XVIIIe siècle, ce « cabinet d’histoire naturelle et d’anatomie comparée alimenté par les travaux pratiques des étudiants » rassemble aujourd’hui diverses collections d’anatomie humaine et animale. On y trouve de nombreux squelettes – de l’homme au lion, en passant par la girafe et le chacal – ainsi qu’un grand nombre d' »oeuvres d’art anatomiques », organes conservés, moulages peints et exposés comme des tableaux. Le musée rassemble également un grand nombre d’anomalies anatomiques animales. Cette partie du musée, un peu plus effrayante, présente des squelettes d’animaux difformes ou siamois. Elle en présente également en version empaillée. Enfin, dans une pièce plus sombre, le Cabinet de curiosités expose les « Ecorchés de Fragonard ». Honoré Fragonard, qui fut directeur de l’école entre 1766 et 1771, avait mis au point une technique chimique qui a permis de conserver parfaitement les cadavres qu’il disséquait… à suivre…

Aujourd’hui : squelettes, gros estomac, gros intestin…

Commentaires et « mise à l’échelle humaine » : Julien.